Rafael Baile est formateur en danse bio-dynamique, en portage salarial chez Didaxis. Une activité inhabituelle à l’image de l’homme dont le nom signifie « celui qui soigne » et « danse ». Nous avons rencontré ce talent de Didaxis pour ce témoignage. 

Bonjour M. Baile, pouvez-vous nous expliquer votre parcours ?

J’étais danseur de ballet au début de ma carrière. Après une blessure au tendon d’Achille, il m’était impossible de maintenir mon niveau. Je me suis donc dirigé vers une formation en thérapie psycho corporelle et biodynamique. Après avoir passé 5 ans en formation, et avoir perdu tout réel espoir de pouvoir danser de nouveau, je me suis installé en tant que psycho thérapeute à Valence. 

De par mon expérience de danseur, j’ai décidé d’utiliser le mouvement dans mon travail avec mes patients. En définitive, l’initiative a eu un tel succès qu’ils ont commencé à vouloir danser. J’ai alors créé un atelier de mouvements et de danse biodynamiques, d’abord en association, puis en intermittent du spectacle. 

Seulement, ce système nous opposait des limites parfois difficiles à respecter, et la démarche n’allait, à mon sens, pas assez loin. J’ai donc décidé de trouver un autre cadre professionnel. C’est à ce moment que j’ai découvert le portage salarial. Je me suis mis en recherche de sociétés pouvant également travailler avec des organismes de formation. C’est ma collaboratrice, Arielle Mondois, qui a fait la découverte de Didaxis. J’ai donc rencontré Guillaume Cairou en 2008, et j’ai adhéré. 

Je suis un « incasable ». En tant que créateur, on ne peut pas être enfermé car on se sent limité. En définitive, être mon propre patron m’a offert cette liberté créative, et je ne l’ai jamais regretté. 

Voir aussi : Le site Internet de Rafael Baile 

talents-didaxis-rencontre-avec-rafael-baile_0

Qu’est-ce que le portage salarial a apporté à votre activité ?

Grâce au portage salarial, mes activités se sont d’abord multipliées, surtout à la sortie de mon livre. J’organisais des ateliers et des interventions à chaque début de mois. Enfin, la gestion de mon activité qui était, jusque-là, plutôt familiale s’est progressivement professionnalisée.
 Ces changements m’ont permis de créer en 2014 une compagnie constituée des danseurs que j’avais formé. Je suis heureux de constater qu’on y trouve tout le panel de ce qu’on peut développer avec le mouvement : l’expression, le soin, l’animation, la formation et la création.  

Commandez le livre de Rafael Baile sur le site Internet des Editions du Souffle d’Or. 

Qu’est-ce qui vous a attiré chez Didaxis ?

J’ai porté mon attention sur Didaxis, car j’ai eu un excellent contact avec Guillaume Cairou, le fondateur et PDG de l’entreprise. Nous étions sur la même longueur d’onde en ce qui concerne l’intégrité dont doit faire preuve une entreprise et la créativité qu’ont en commun une entreprise et la danse. 
Jusqu’ici j’ai toujours eu affaire à des chargés de gestion très impliqués, qui donnent tout ce qu’ils ont malgré la charge de travail. Ils donnent un côté humain au fonctionnement de Didaxis, et c’est très agréable. 

Lire aussi : Portage salarial : le statut le plus rassurant pour se lancer 

Votre avis sur le portage salarial ?

Si je me place du point de vue de personnes qui sont comme moi atteints de phobie administrative, le portage salarial c’est savoir qu’on peut faire confiance à un professionnel qui s’occupe de l’administration pour nous. Cela nous laisse le temps et la possibilité de nous sentir légers et libres, là où on est compétents et efficaces. 
 J’espère sincèrement que le portage salarial continuera d’évoluer, pour que de plus en plus d’entrepreneurs créatifs aient la possibilité de créer de nouvelles activités. Il est aujourd’hui nécessaire d’aller vers les nouvelles formes d’emploi et les nouveaux concepts professionnels. 

Le portage salarial vous intéresse ? Vous pouvez participer à une de nos réunions d’information ou nous contacter directement

Crédits photo : IMG/flv/arabeques fin.flv