Ce lundi 26 juin, Guillaume Cairou, Président de Didaxis et auteur du livre « Tous indépendants. Créer un million d’emplois c’est possible ! » aux éditions du Cherche Midi, était l’invité du Club de la Presse sur Europe 1. Retour sur cette rencontre avec Nicolas Poincaré.

Face au chômage, encourager l’initiative individuelle

Selon Guillaume Cairou, il y a une réelle volonté d’aller vers l’activité dans notre pays. L’unique bémol étant que la France se crée ses propres obstacles : « On crée de l’activité dans notre pays. Malheureusement, on détruit en parallèle 100 000 emplois par an. Alors que d’un autre côté, on crée un certain nombre d’activités sous de nouvelles formes. Et c’est précisément ça que je défends ». 

En effet, le président de Didaxis affirme que la création de l’activité individuelle doit être encouragée et facilitée. D’autant plus que l’avenir du travail reste, encore aujourd’hui, plutôt incertain. En effet, le marché du travail a déjà beaucoup changé et c’est loin d’être fini. « Comment va-t-on travailler demain ? Sur un modèle du salariat ou sur un modèle qui reste encore à définir, et que se baserait se le travail indépendant ? ». 

Quand on sait que d’ici 20 ans, les actifs exerceront un certain nombre de métiers qui n’existe pas encore de nos jours, on est amené à se demander si le salariat a encore de beaux jours devant lui. « Le salariat est aujourd’hui encore le modèle principal, mais cela ne correspond plus au monde dans lequel on vit », dit Guillaume Cairou. 

Toutefois, le travail indépendant reste, dans l’esprit collectif, un statut difficile à atteindre en raison de nombreuses complications juridiques et financières. De plus, l’initiative individuelle souffre de la mauvaise réputation de l’ubérisation, à l’origine de nombreux problèmes sociaux. Seulement, Guillaume Cairou n’en démord pas : l’ubérisation est à distinguer du travail indépendant au sens général. De plus, la régularisation et la sécurisation du statut d’indépendant fait justement partie des projets de nombreux acteurs politiques, et notamment le président Macron. Le but est simple : rapprocher le statut du salarié du statut d’indépendant en leur octroyant les mêmes droits et avantages, dans le but de favoriser l’activité de ces travailleurs de la nouvelle économie. 
Enfin, quand on sait que « 50% des Français sont prêts à se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. », comme le dit Guillaume Cairou, on comprend bien que l’activité est à portée de main. Encore faut-il que la France donne à ces nouveaux acteurs de l’économie les moyens de l’atteindre. 

  • Retrouvez l’interview complète ici. 

Le portage salarial vous intéresse ? Vous pouvez participer à une de nos réunions d’information ou nous contacter directement

Catégories : #Emissions