La procrastination, ennemie n°1 de l’entrepreneur ? 

Lorsque l’on est son propre patron, on se retrouve souvent confronté à cette tendance, souvent perçue comme un sabotage personnel, qui nous empêche d’atteindre les objectifs que l’on s’est fixés.

Parfois vécue comme une souffrance, il est intéressant de se pencher plus en profondeur sur les causes de ce phénomène, afin de pouvoir le contrer ou mieux vivre avec. 

Découvrez tous nos conseils 👇

Qu’est-ce que la procrastination ?

La procrastination est une tendance qui nous pousse à remettre à plus tard la prise d’une décision ou l’exécution d’une tâche, alors que l’on pourrait s’en occuper maintenant. 

Cela ne signifie par forcément “ne rien faire”, au contraire, on remarque souvent que les procrastinateurs ont justement tendance à accomplir beaucoup de tâches, mais qui ne sont simplement pas en lien avec la tâche prioritaire. On désigne parfois cela sous le terme de “procrastination active”. 

Un exemple : vous avez un gros dossier à rendre pour le lendemain matin mais, en tant que procrastinateur, vous préférez récurer tous les recoins de votre maison ou bien trier tous vos albums photos, plutôt que de vous atteler à cette tâche. 

Qu’elle soit active ou passive, la procrastination se caractérise par une mauvaise productivité, puisqu’elle nous empêche d’agir et d’atteindre les objectifs que l’on s’est fixés. Ainsi, elle engendre aussi généralement un fort sentiment de culpabilité et ou d’anxiété. 

Vous vous demandez si vous êtes un procrastinateur ? Portez attention à ces signes : 
Vous avez tendance à travailler à la dernière minute, et vous sentez plus productif lorsque vous êtes dans l’urgence
Vous avez du mal à accomplir vos tâches selon leur ordre de priorité 
Vous repoussez continuellement les tâches contraignantes 
Vous accomplissez toujours en premier les tâches qui vous apportent une satisfaction immédiate
Si vous vous êtes reconnus dans ces signes, poursuivez votre lecture ! 👀

Quelles sont les causes de la procrastination ?

procrastinating

La plupart des psychologues relient la procrastination à un ensemble de troubles et comportements, tels que l’anxiété ou le manque d’assurance et d’estime de soi. 

Ces causes psychologiques peuvent jouer sur notre réaction face à une situation difficile à cerner, qui peut nous amener à différer l’action. 

On adopte ainsi un comportement d’évitement, qui annule (temporairement) le stress qui lui est associé, et on choisit une tâche que l’on maîtrise ou qui nous apportera un sentiment de satisfaction immédiate. 

Une faible estime de soi engendre aussi souvent une tendance à vouloir trop bien faire, appelée perfectionnisme. On cherche alors à prouver sa propre valeur en voulant en permanence faire les choses de manière parfaite. Cependant, sans le vouloir, on crée un cercle vicieux, en plaçant la barre trop haut, nous conduisant inévitablement à l’échec, ce qui finit par altérer notre confiance en soi. 

Finalement, on se retrouve en proie à la procrastination, puisque l’on s’empêche d’agir, même inconsciemment, par peur de se retrouver une nouvelle fois confronté à l’échec. 

Enfin, la procrastination peut aussi être causée par une minimisation de l’importance de ses projets ou par un problème d’estimation du temps. Que l’on sous-estime la durée nécessaire à la réalisation des tâches ou que l’on surestime le temps restant avant la date limite, le résultat est le même : on accumule du retard en procrastinant, et on finit par s’y prendre trop tard et par se sentir dépassé. 

Quelles sont les conséquences de la procrastination ?

gif procrastination

Les conséquences de la procrastination sont multiples : 

  • accentuation du stress, qui peut devenir néfaste pour la santé
  • développement d’émotions négatives, telles que l’impatience, l’agressivité ou la culpabilité. 
  • perte de productivité amenant souvent à une baisse de la qualité du travail fourni, car effectué à la dernière minute, en empruntant parfois des raccourcis pour gagner du temps
  • stigmatisation ou réprobation, lié à des résultats qui ne sont pas à la hauteur des attentes, engendrant ainsi déception et ressentiment

La procrastination est-elle une maladie ?

On peut légitimement se demander si la procrastination est une maladie. 

Et pourtant non, la procrastination n’est pas pathologique, il s’agit simplement d’un terme utilisé par les psychologues pour expliquer cette tendance. 

Elle peut cependant être le symptôme de troubles psychologiques, comme vu précédemment, qui touchent par ailleurs une grande partie des êtres humains, au moins une fois dans leur vie. 

Comment arrêter de procrastiner ?

Si vous souhaitez arrêter de procrastiner, il peut d’abord être intéressant d’identifier l’origine du problème. 

La procrastination peut en effet venir d’un manque d’intérêt, d’une trop grande pression ou de la peur de faire mal par exemple. 

Ainsi, si ces causes sont à l’origine de votre tendance à reporter vos tâches au lendemain, essayez de vous demander comment y remédier ou comment travailler dessus. Vous pouvez aussi faire appel à un coach ou un psychologue si vous en ressentez le besoin. 

Au-delà de cette approche introspective, vous pouvez aussi utiliser différents outils pour vous aider à garder votre concentration et remédier à cette tendance. 

Voici tous nos conseils pour arrêter de procrastiner : 

Se mettre en condition pour commencer à travailler

gif procrastination

Choisir ses plages horaires

Il est d’abord essentiel d’identifier les plages horaires sur lesquelles vous êtes le plus productif. Certains sont du matin, d’autres du soir, ou d’autres heures de la journée … Définissez les périodes pendant lesquelles vous avez le plus de facilités à vous concentrer, et planifiez vos activités sur celles-ci. 

    Le saviez-vous ?
    Organiser son temps de travail fait partie
    des 7 règles d’or à adopter pour devenir entrepreneur !
    Découvrez les 6 autres en cliquant ici !

    Choisir son lieu de travail

    Le choix de son lieu de travail est aussi un facteur à prendre en compte car il peut impacter fortement votre productivité. En tant que freelance, si vous remarquez que vous avez des difficultés à vous concentrer lorsque vous travaillez depuis chez vous, tentez de rejoindre un espace de coworking ou de travailler dans une bibliothèque par exemple.

    Se mettre dans des conditions de travail

    Une fois votre temps et lieu de travail définis, il est indispensable de se mettre dans des conditions optimales pour se concentrer. 

    Pour cela, l’idéal est d’éliminer toutes les distractions : désactivez les notifications, éloignez votre téléphone, etc. 

    Il peut aussi être bénéfique de s’isoler des personnes qui nous entourent, et de prévenir que l’on doit s’atteler à une tâche pour éviter toutes les propositions susceptibles de vous faire détourner de votre objectif.

    Définir une routine

    Finalement, il faut se mettre en condition pour commencer à travailler. Il peut être utile de mettre en place une routine pour vous aider à vous mettre en condition : choisir un geste à effectuer à chaque fois que vous commencez à travailler, comme le fait de préparer et de poser votre tasse de café sur votre bureau par exemple.
    Un simple geste qui deviendra le signal de départ de votre période de concentration.

    Définir une liste de tâches

    to do list gif

    Bien connue, la « to do list » est définitivement un outil parfaitement adapté pour vous permettre d’organiser votre journée de façon optimale. 

    Il existe cependant certains conseils qui vous aideront à établir cette liste de tâches et à la tenir.

      Établir des objectifs réalisables

      Les objectifs que vous vous établissez doivent toujours être atteignables pour vous, sinon vous risquez de vous décourager. 

      Définir un ordre des priorités

      Une fois la liste établie, classez les tâches par ordre de priorité afin de ne pas perdre de vue vos urgences. 

      Donner une dimension temporelle à cette liste

      Pour chaque tâche établie, définissez une limite temporelle afin de vous assurer que vous serez dans les temps. 

      Il peut aussi être utile d’estimer le temps nécessaire à la réalisation de la tâche afin de vous organiser en fonction. 

      Décomposer les actions

      Pour vous aider à mener à bien vos objectifs, il peut aussi être utile de décomposer chaque tâche, notamment les plus lourdes, en actions plus petites. Ainsi, vous obtiendrez une vraie satisfaction à chaque fois que l’une de ces actions sera accomplie, vous permettant de garder votre motivation.

      Se mettre au travail

      procrastination gif

      Une fois les conditions réunies et les tâches définies, il est maintenant temps de se mettre à travailler. Pour cette partie aussi, il existe de nombreux conseils pour vous permettre de garder votre concentration : 

        Commencer par le plus dur

        Commencer par la tâche qui vous semble la plus difficile peut être utile dans le sens où, une fois que vous l’aurez accomplie, vous ne risquez plus de procrastiner dessus et il ne vous restera plus qu’à vous concentrer sur des tâches plus accessibles, et donc plus agréables à traiter. 

        Se focaliser sur une tâche

        L’une des tendances du procrastinateur est de multiplier les tâches qu’il traite en même temps, en pensant gagner du temps. Cependant, cela ne produit que l’effet inverse, aboutissant souvent sur une perte d’efficacité et de productivité.
        Ainsi, essayez de vous concentrer sur une seule et même tâche et de la traiter en intégralité. Si besoin, vous pouvez mettre en place des laps de temps réduits pendant lesquels vous vous concentrez uniquement à la réalisation de cette tâche, ponctués par des pauses régulières.
        Inspirez-vous pour cela de la méthode Pomodoro par exemple, qui se base sur l’usage d’un minuteur permettant de respecter des périodes de 25 minutes appelées pomodori. Ces différentes périodes de travail sont séparées par de courtes pauses. 

        S’écouter

        Pour conserver cette concentration, il est aussi indispensable de s’écouter. Si vous ressentez le besoin de prendre l’air ou de vous reposer, écoutez-vous et accordez-vous cette pause.

        Savoir prendre des vacances est indispensable
        quand on est freelance !
        Découvrez tous nos conseils en cliquant ici !

        Se récompenser

        récompense procrastination

        Pour entretenir votre motivation sur le long terme, il est aussi indispensable de se récompenser à chaque fois qu’un objectif est atteint. 

        Cela peut passer par le plus petit détail, comme le fait de surligner ou de rayer la tâche accomplie, ou bien de vous accorder une pause musicale ou gustative. 

        L’important est de ne s’accorder ces récompenses qu’une fois la tâche accomplie.

          Maintenant, vous disposez de nos conseils avisés pour vous permettre de mieux vivre avec votre tendance à la procrastination !
          Cependant, n’oubliez pas de relativiser : procrastiner reste un problème qui concerne une grande majorité de la population, et avec lequel il est plus moins facile de vivre.
          On connaît d’ailleurs de nombreux procrastinateurs célèbres, comme Léonard de Vinci. Il s’intéressait à tout et inventait de nombreuses choses, mais a laissé de nombreux travaux inachevés.
          Ainsi, relativez et dites-vous que l’on peut aussi voir la procrastination comme une preuve de curiosité et de résistance aux injonctions de productivité et d’effectivité !