Soutenir l’entrepreneuriat au féminin, c’est essentiel pour nous chez Didaxis.

C’est pour cette raison que nous avons décidé de donner la parole à des entrepreneures inspirantes afin qu’elles nous partagent leur parcours, leurs conseils et leur avis sur la condition des femmes qui entreprennent.

Marion Giroudon, consultante en stratégie digitale & ads et mentor de freelances

Pour ce premier article, nous avons interviewé Marion Giroudon.

Après une école de commerce en alternance et un passage par diverses entreprises qui lui a permis de voir que le salariat n’était pas fait pour elle, elle s’est lancée en freelance il y a 6 ans.

À 35 ans, elle gère aujourd’hui deux activités : elle est d’abord consultante en stratégie digitale et ads, ce qui consiste à aider les entreprises à augmenter leur chiffre d’affaires grâce à Internet.

Ensuite, elle est mentor de freelances, ce qui signifie qu’elle les accompagne dans le démarrage et le développement de leur activité.

marion giroudon

Découvrez son interview :

“Qu’est ce qui a été le déclencheur de votre volonté d’entreprendre ?”

“Ce n’est pas une envie qui a toujours été présente, car mes parents étaient commerçants et ils avaient beaucoup de contraintes. Je me disais que jamais je ne voudrais vivre comme ça !

Pourtant, en 2015, je venais de changer de travail et je m’ennuyais beaucoup. J’ai voulu chercher un autre poste, mais je ne trouvais pas d’annonces qui me correspondaient. J’ai donc décidé de me lancer pour créer LE job idéal pour moi.
À notre époque on peut être à notre compte en ayant une grande liberté et très peu de contraintes, c’est ce qui m’a poussée à entreprendre.”

Changer de job pour changer de vie, ça vous parle ?
Découvrez notre article sur la reconversion
et prenez le temps de vous interroger sur votre emploi !

“Le fait d’être une femme vous a-t-il apporté des difficultés dans cette aventure ? Des avantages ?"

“D’un côté, être une femme a pu parfois être un avantage, ça m’est arrivé que des clients m’expliquent qu’ils avaient choisi de travailler avec moi parce qu’une femme leur semblait plus rigoureuse, plus diplomate.

Et de l’autre côté, je crois que dans les débuts, j’avais moins confiance en moi que la majorité des hommes, alors j’ai beaucoup douté, je me suis bradée …
Si mon tempérament a dû jouer un rôle là-dedans, le fait d’être une femme aussi !”

Le sentiment de ne pas être à la hauteur , un mal qui touche
particulièrement les femmes. Découvrez comment vaincre
votre syndrome de l’imposteur en lisant notre article.

“Avez-vous des conseils à donner aux femmes qui veulent devenir entrepreneures ?”

“Oui ! Au moment de vous lancer, faites l’état des lieux de tout ce que vous savez faire, de tout ce que vous avez déjà accompli. Prenez en compte aussi bien votre vie personnelle, que vos études, vos loisirs et vos expériences professionnelles.
Vous vous rendrez compte de votre valeur, et vous arriverez plus facilement à vous affirmer.”

“Que souhaiteriez-vous voir changer pour les femmes (entrepreneures) ?”

« De façon globale, j’aimerais que les choses évoluent pour toutes les femmes.
Que plus aucun pays ne leur donne moins de droits qu’aux hommes.
Que dans le monde salarié elles touchent des revenus équivalents aux hommes à compétences égales.
Qu’on ne considère plus que lorsqu’elles ont des enfants, c’est uniquement à elle de mettre leur carrière professionnelle au second plan.

Si la société change, ce sera bénéfique aux entrepreneuses aussi.

Mais un « petit » souhait plus précis, car j’ai des petits jumeaux de 4 mois, serait que les entrepreneuses soient aidées davantage pour profiter de leur congé maternité. Je souhaiterais qu’elles puissent notamment toucher une indemnisation à la hauteur de ce qu’elles cotisent.

En effet, pour une salariée, le salaire est quasiment maintenu. Cependant, pour nous c’est des mois pendant lesquels on doit tout de même gérer certaines choses. Notre société continue d’avoir des charges, et le montant que nous verse la Sécurité Sociale est plafonné. Il peut même être très inférieur au montant de notre rémunération habituelle (sur laquelle nos cotisations sont pourtant basées…).

C’est un moment important de la vie d’une femme, qui peut mettre en péril notre entreprise.
Il est donc nécessaire que ce congé maternité des indépendantes évolue. »

“Avez-vous un exemple de femme qui vous inspire ?”

« Oui, Pauline Laigneau, qui après avoir créé une joaillerie en ligne, ce qui était hyper innovant, a trouvé le temps de créer le Gratin, un podcast pour échanger avec d’autres entrepreneurs. »